AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote!



Partagez | 
 

 (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucy

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Sam 27 Oct - 10:03




(Retour d’un an en arrière, lendemain du Flying Day)

Le vent s’était levé de nouveau. Sentir la caresse de ce vent nouveau, sur son visage, son cou, dans ses cheveux, donna une sensation très étrange à Lucy. Une sensation de légèreté, mais toujours embrumé d’appréhension, comme toujours. Elle venait de cacher Axis, de nouveau, et cette fois, elle espérait qu’il y resterait. Elle regarda l’heure sur son téléphone tout neuf. 6h du matin. Le soleil commençait à se lever.

Et maintenant ? Elle ne savait plus. Pour que le Nightmare revienne, il n’y avait plus qu’à attendre. Mais elle ? Qu’allait-elle faire ? Elle était revenue pour les aider à monter le Flying Day, mais et maintenant ? Repartir, et se faire oublier de nouveau ? En Afrique, au Pole Nord, en Russie, au Brésil ? Fuir, comme elle avait fait ses dernières années ? Fuir le regard des autres, leur jugements, fuir encore une fois ? Faire comme si elle n’était jamais revenue ?

C’était impossible, elle le savait bien. Sa raison de fuir n’était plus. Elle avait apprit, quelques jours plus tôt, que Shikyo n’était pas mort comme elle le croyait. En partant du Japon, pour fuir la mort de Shikyo, elle avait voulu donner aux Tuneurs une chance de faire quelque chose de nouveau, sans Axis, et surtout sans elle, la dernière reine. Mais ils n’en avaient pas franchement eu la possibilité. Comme les riders, ils avaient été chassés, emprisonné, tué. Elle n’avait même pas eu encore le temps de se renseigner sur, qui est mort, qui est vivant. Mais Shikyo n’était pas mort, et le Nightmare était à reconstruire.

Lucy poussa un long soupir, et se mit en route. En marchant, elle commença à réfléchir à ce qu’elle allait bien pouvoir faire maintenant. Après tout, avait-il vraiment besoin d’elle pour la suite ? Une rafale de vent froid plus forte que les autres la fit frissonner. Un long bâillement s’échappa de sa gorge, lui faisant même naitre de petites larmes aux coins des yeux. Elle était épuisée. Elle n’avait pas dormit plus de 2 ou 3 heures d’affilées depuis qu’elle était rentré au Japon. En plus des autres questionnements qu’elle avait, une question cruciale prédomina. Où allait-elle pouvoir crécher maintenant ? Elle avait trop honte de s’être enfuit en laissant juste un lettre à sa mère pour avoir le courage de retourner chez elle. Elle lui avait bien envoyé une ou deux lettres, juste avant de déménager, mais deux lettres en 3 ans, et sans possibilité de réponse, ça fait peu. Une deuxième bourrasque froide la sortie vaguement des nappes de brouillard dans lesquelles elle était en train de tomber, juste assez pour entendre la mélodie caractéristique de Yatano. Elle se dirigea alors vers lui, se laissant guider. Elle tomba sur lui à un croisement de rue, presque dans le sens propre du terme.

- Yata, qu’est ce que tu fiches là ?
fit-elle, complètement out. Tu devrais pas être au QG ou... chez toi, en train de pioncer... ? A... 7h du mat’ ?

_________________

Color: #f0643e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatano

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Sam 27 Oct - 19:19


« Trop réaliste, trop alcoolisé. La vie est d'un banale quand les effluves d'alcool et de fumettes montent le longs des axones jusqu'à t'en faire perdre la tête. Il n'y a pas de médicament à cette maladie qu'on appelle la vie, juste une façon bien particulière de l'aborder, comme une pute à qui on paye ses services sans sortir du confort de sa voiture. Il était temps de donner à ce corps la mort nécessaire pour vivre intensément chaque parcelle de couleur de ces flashs hallucinogènes, la musique faisant le reste. Le monde est à moi, je suis la parcelle de vie qui submergent les flots impétueux de la déraison. Que les hommes et les femmes viennent se frotter contre moi, la décence n'est plus de mise lorsque le soleil se couche et que les cerveaux se déglinguent. Je suis une ombre parmi les ombres, à la différence que mon sexe est dur, prêt à pourfendre la raison d'un corps piétiné par ses pulsions. Laisse moi ouvrir ton cœur avec une lame chauffé à blanc, donne moi l'accès à ton antre putride, le plaisir viendra dans la désincarnation de ton esprit sous mes coups de bassins. Crève en beuglant sous la voûte céleste que mon sexe t'offres ce plaisir de crever en délectable symphonies. La baise vient sans qu'il n'est besoin de mot. Les verbes et compléments sont pour le dîner, nul besoin d'accompagnement lorsque nous prenons le dessert en si luxuriante compagnie. Allez maintenant laisse toi aller, le soleil se lèvera sur toi, ton antre émoussé par la cascade roulant sous tes spasmes, ta peau pourrie par la sueur d'un exercice si bon, et ton souffle imprenable te faisant ouvrir la bouche comme lorsque tu me saisissais si ardemment. Revis en paix petite putain de la vie, les ombres du cauchemars ne sont pas fait pour les simples d'esprits. »

Qu'est ce que je foutais là ? Bonne question. Même moi je ne savais ce que je foutais ici. J'étais juste trop éveillé, ou pas assez endormi, peut-être un peu alcoolisé et beaucoup trop défoncé. J'ai voulu faire un break avec ma vie, et me voici à parler à Lucy. Aucune idée de ce qu'elle fou là, ni d'où je suis. Ma tête me fait tellement mal, j'ai juste envi d'hurler qu'ils aillent tous se faire baiser ! Rappelez moi pourquoi je pense ça ? Ah oui, la cocaïne était trop pur pour me laisser ranger mes idées dans des boîtes parfaitement symétriques. Au lieu de ça, me voilà à déchirer le silence de connerie plus grosse que moi. Ca y est, ça me revient, ce que je fous là.

« Je rentre chez moi. Là-bas il y a des chips, du coca et de la viande à se mettre sous la dent, j'ai pas pu baiser hier soir, pas faute d'avoir essayé ! J'ai tenté une approche en profondeur, mais son vagin était denté de moralité incandescente... Mon sexe a pas supporté, je suis aller me branler... Pardon madame, je voulais pas que votre enfant entende ça autrement que par vos cris quand vous vous faites défoncer par derrière, bonne journée !... Hey merde Lucy je tiens plus debout faut que tu m'aides. J'habite dans le coin, aide moi, j'ai besoin de toi, non, Tokyo a besoin de toi, parce que putain je suis ce putain de Tokyo ! Une putain de pute cochonne qui me donne ses mamelles pour que je m'en repais les bourses... Vite chez moi avant que je finisse par me foutre à poil ! Tu vois l'immeuble là-bas ? L'appartement avec la grande baie vitré ouverte ? C'est là. Tiens les clés, et pardon si je finis par m'accrocher n'importe où sur ton corps, c'est pas voulu, mais ma bite en a besoin d'une pour s'amarrer là... Délirium profane, puisse ta maculé conception de l'amitié nous en pardonner !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Dim 28 Oct - 18:28

Lucy scruta d’un œil critique le jeune homme qui venait d’apparaitre devant elle. « Quel boulet » pensa t-elle en rigolant à moitié devant l’état dégelasse dans lequel était Yatano. L’œil torve, celui-ci la fixa un instant, en débitant un flot discontinu de paroles ayant plus ou moins du sens, dans lequel elle du trier tant bien que mal pour comprendre sque la tronche de schtroumpf essayait de lui dire. En gros.
Elle prit des mains de Yatano les clefs qu’il essayait depuis une bonne dizaine de fois de mettre dans la poche de la veste de la jeune fille. Et elle hésitait maintenant entre l’assommer pour qu’il arrête de s’agrippait à son sein qui commençait à souffrir, et le trainer chez lui, puis l’abandonner en chemin car elle n’avait actuellement absolument pas la force physique pour le trainer jusqu'à l’endroit qu’il lui indiquait, OU BIEN, lui donner trois ou quatre paires de claques qui avaient une probabilité proche de zéro de lui redonner un peu de conscience, pour essayer de faire qu’il marche tout seul jusqu'à cher lui.
Elle opta finalement pour la troisième solution, qui était de lui donner un coup de point dans le ventre, et … non, ce n’est pas vrai, elle ne ferait pas ça, même si à l’instant présent, ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Elle le repoussa juste un peu brutalement, car elle-même tenant à grand peine sur ses pieds, elle ne supportait pas le poids d’une deuxième personne deux fois plus grande et plus large qu’elle. Elle massa son sein douloureux « Note à moi-même, pensa t-elle, toujours rester hors de porté de Yata bourré ». Elle prit finalement le jeune homme par le poignet, et entrepris le trainer péniblement derrière elle, écoutant en rigolant les conneries qu’il sortait à la seconde. Ah, il est beau le leader du Nightmare dans cet état !
Elle arriva en soupirant en bas de l’immeuble pour constater la non-présence d’un ascenseur salvateur. Elle débita un flot d’injure, et entrepris de pousser le schtroumpf dans les escaliers. Ses forces l’avaient définitivement abandonnée quand elle arriva à l’étage que lui indiquait le jeune homme. Elle le lâcha peu avant la porte de l’appart, surveillant plus ou moins du coin de l’œil qui suivait, en murmurant que les hommes étaient décidément des assistés. Elle glissa la clef dans la serrure, et la porte s’ouvrit sur un océan d’immondices, et elle se tourna vers Yata :

- Mec, tu me désoles.


_________________

Color: #f0643e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatano

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Lun 29 Oct - 19:42


« Moi qui était un dieu, me voilà retomber au sol, comme la baie qui s'envole, portée par les puissantes ailes d'un oiseau, qui fini par la digérer et la chier sur un passant malchanceux. Merdus Ejectum. Tu es naît sous-merde, tu redeviendra une sous-merde, ainsi en parle le saint de notre mère ! Ou était-ce le sein ? Qu'importe, nous ne sommes que des serpillière voué à être comme je le suis, tirer le long des ruelles de la vie jusqu'à la dernière tangente destitué de notre âme. Oh toi passeur ! Hâte le pas vers l'enfer de ma maison, il fait mauvais de vivre sous un soleil de plomb un lendemain de cuite ! Je n'ose imaginer ce que ressent ces bouts de tissus humides lorsqu'ils écoulent leurs contenu sur un sol crasseux. Sans doute le même effet que lorsqu'on pénètre un vagin qui n'a subit d'assaut depuis milles lustres. Nettoyage de printemps au royaume de la toile. Spiderman return, mais où est donc le docteur Octopus et ses huits tentacules pour curer chacun des orifices de vos êtres ! Ca me rappel un Hentaï pourri qu'un gars en cellule matait. Des jeunes filles poursuivit par des monstres à tentacules qui ne trouvaient rien de mieux qu'à les pécho et leurs écartés les membranes. Fort intéressant ce culte du sexe multiple, comme si la multiplicité entraînait le plaisir. À méditer une fois que j'aurais escalader la pyramide de Maslow tout comme mes escaliers. À la une, à la trois ! Voilà où nous en sommes après milles ans. On escalade aisément la Tour du Trophaeum, et on est pas foutu de grimper son propre escalier. Piètre rider... L'effort appel au réconfort, peut-être aurais-je une récompense buccale une fois arrivée vers les hauteurs ! Un peu comme lorsqu'Agito m'a si gentiment embrassé sous la voûte céleste en titillant mon... Pourquoi y'a des gens à poil chez moi ? Dieu m'a entendu ! La multiplicité c'est la vie ! Mets-toi à poil Lucy on part à l'aventure des plaisirs charnelles !... Non sérieusement tu connais ces gens ? Parce que j'en connais pas un seul... Attends. C'est pas mon concierge là-bas qui chevauche le superman ? Pourquoi sont-ils tous... Merci Yata pour ce moment merveilleux signé Georges la Folle... Putain l'enfoiré, il avait dit qu'il s'appelait Richard ! Ou j'ai confondu avec la trav' qu'a pas encore de bite ? Putain j'me souviens de rien... TOUT LE MONDE DEGAGE ! On ouvre les rideaux les portes et les fenêtres et vous dégagez ! Merci d'être passé au revoir ! Toi rends moi mon nounours … ah merde tiens ta moumoute pardon. Hey toi oublie pas ton string, c'est pas parce que t'as un chibre qui fait deux fois le mien que tu peux te permettre de te trimbaler à poil devant ma pote ! Désolé Lucy, tu veux une partouz ? Un joint ? Une bière ? Doit y en avoir des pas entamés dans le coin... Tiens, y'en a un qu'a oublié son chien... Merde c'est un rat !... À non c'juste un Yorkshire trempé... Tu le veux ? Ou tu préfères plutôt qu'on s'envoie en l'air avec une bouteille d’absinthe ? Non ? Tant pis, ma mère était une pute, la vie ne pouvait qu'être pareille... S'tu veux y'a un lit dans la chambre d'ami qui doit être clean de toutes seringues... Je vais me prendre une douche moi... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Ven 9 Nov - 22:00

D’un œil mi-blazée, mi- amusé, Lucy regardait Yatano, en train de galérer comme un bossu à arriver tout seul jusqu'à sa propre porte d’entrée. Appuyé à l’encadrement de la porte, la tête laissé aller contre le mur, Lucy soupire profondément. Sa patience est décidément à toute épreuve. Ou bien, elle était trop fatiguer pour être méchante, entrer dans l’appartement, et claquer la porte au nez du crétin qui l’avait quasiment forcé à revenir au Japon pour plaider une cause perdue. Blazée, ça, c’était sur, Lucy l’était. Presque insensible. Et relativement froide. Ça devait surement être due à la douleur permanente, cette douleur avec laquelle elle vivait, cette douleur à laquelle elle aurait presque du s’habituer, depuis 3ans qu’elle lui oppressait la poitrine, le cœur, l’estomac. Mais on ne s’habitue jamais à la douleur. C’est surement pour ça, que la tuneuse a fini par se renfermer sur elle-même, de sa propre volonté, même si elle n’avait jamais réussi à devenir méchante froide et égoïste comme elle l’aurait voulu.

Tout ça pour dire que voir le stroumph grimper les escaliers, à moitié en rampant, à moitié sur les genoux, mais jamais sur ses pieds, la faisait à peine sourire. Mais tout de même un peu, car quand on y réfléchissait un peu, même avec le cerveau à moitié endormi, c’était assez drôle. Voir le rider le plus connu du semblant de Nightmare actuel, celui qui avait rassemblé tout le monde, celui qui avait mit en place le Flying Day, dans cet état plus que pitoyable, ayant miraculeusement réussi à atteindre son appartement, et en train de virer de chez lui des gens parfaitement déliré et imaginaire, c’était du délire. La jeune fille se demanda même si elle n’était pas en train de rêver tant la scène lui paraissait irréelle. Mais le fait d’avoir à moitié porté le rider sur les trois quart du chemin et d’en avoir mal aux épaules lui confirmait que c’était bien la réalité.

Plongé dans son délirium profond, le rider s’adressa soudainement à elle, lui proposant multiple choses dont elle se fichait royalement, avant d’enfin lui indiquer son désir le plus cher dans l’instant présent. Un lit. Propre. Machinalement, la jeune fille claqua la porte d’entrée derrière elle, et se dirigea vers la fameuse chambre d’ami que lui proposait Yatano, tandis que celui-ci peinait à aller se diriger vers ce qui semblait être une salle de bain. Ouvrant la porte de la chambre, Lucy eu l’agréable surprise de trouver une pièce propre, miraculeusement, doté d’un lit, sans draps ni rien, mais elle s’en fichait. Elle examina vaguement le matelas, par peur de trouver des trucs louches enfoncés à l’intérieur. Avant de s’effondrer sur le matelas, la jeune fille repasse dans l’autre pièce, et, passant devant la porte de la salle de bain, tandis qu’elle cherche un possible rangement ou trouver une couverture, Lucy s’exclama :

- Bon ben Yata, je fais comme chez moi hein !


Elle ouvrit plusieurs placards, avant de trouver enfin quelque chose de propre et relativement chaud, c'est-à-dire un sweatshirt immense à défaut de couverture. Retournant dans la chambre, la jeune fille s’effondra sur le lit, se roula en boule, et s’endormit comme une masse, enroulé dans l’immense sweatshirt.

_________________

Color: #f0643e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatano

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Mar 20 Nov - 17:20

Les événements qui suivirent furent d'une telle connerie et d'une telle impossibilité qu'au lieu de les raconter comme je l'ai vécu, je vais vous l'exposer comme je ne l'ai encore, il me semble jamais fait! Mais avant ça, veuillez cliquer sur le petit bouton play situé juste en dessous...


Rien de tel que quelques trompettes pour éveiller les esprits. Rappelons la situation. Lucy dans une chambre entrain de dormir, une douche, un appartement, et enfin, l'élément perturbateur : Moi. Moi, je suis la folie monstrueuse qui s'empare de vous et vous font faire des choses complètements folles! Je suis cette sensation qui vous prend et vous enflamme dans un torrent incandescent de frénésie ! Je suis ce qu'on appel la connerie, la bêtise, l'humour, la détente de l'intelligence, la folie, mais aussi l'amour, l'amitié, les idées de génies et autres idéologies totalement contraire au style de vie actuel ! Et aujourd'hui, j'ai décidé de prendre un être qui a souvent joué de paire avec moi. Grand chevalier de la confrérie des abrutis de la table sans-sens, il est aujourd'hui à ma merci, endormi debout sous l'eau chaude, rêvant de femmes et de chevalerie, comme n'importe quel homme bourré le ferait en s'imaginant, chevauchant un concombre dans un désert de serpent, se battant avec une serpillière en hurlant que la capote le fait débander ! Oui mes aïeux, soyez tous heureux de voir avec quel aisance, je le réveille, et lui fait croire que son rêve est réel ! Ainsi part-il de la douche, glissant sur une marée de couleuvre qui ne sont que les flaques d'eau qu'il projette par ses grands gestes. Il pense donner des coups de serpillière alors que c'est le gel douche qui va et vient, giclant son contenu à tout va ! Viens le slalom dans le salon, saisissant son fidèle destrier, soit un ours en peluche géant, il bondit et se vautre sur le tas de string qui l'attaque de leurs crocs venimeux ! Mais n'ayez craintes ! Le saint poisson rouge auparavant dans son bocal fini éjecté sur le sol, le vase complètement brisé alors que ses pieds évitent par miracle les coupures. Non, ne bougez pas, le meilleur est à venir ! Car au loin, dans les montagnes tumultueuses de la vallée de la drogue, Yatano perçoit le bruit de sa princesse ! Ainsi il accourt, se jetant corps et âme contre la porte ! Mais lorsque le point levis craque, il ne peut qu'être choqué de voir le dragon gisant sur son trésors ! Ainsi lance-t-il le gel douche magique qui arrose le sol, le faisant tomber sur le dragon qui cherche à le repousser. Mais c'est sans connaître notre héros qui persiste à lui tenir tête, arrachant les écailles de la peau du dragon pour mettre son cœur à vif ! Ce n'est qu'au bout de cinq minutes qu'un choc terrible lui fait perdre l'équilibre, tombant la tête dans le cœur du dragon, un jolie 95C au bas mot, complètement nu et surtout, avec une trique de démon ! Je vous laisse deviner ce qu'était en réalité les écailles et surtout qui était le dragon... Enjoy !


Dernière édition par Yatano le Lun 21 Jan - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Jeu 27 Déc - 16:32

Les yeux fermés, Lucy tachait de se persuader qu’elle était en train de s’endormir. Puis elle soupira. Non. Pas moyen, elle avait beau être crevée, et complètement à la masse, elle n’arrivait pas à s’endormir. Surement ce sentiment d’insécurité totale qu’elle ressentait depuis qu’elle avait perdue de vue cet imbécile de Yatano. La jeune fille laissa échapper un soupir, et ouvris les yeux. Pendant un instant, elle se demanda ce que penserait tout les riders qui avaient suivi le schtroumpf dans se reconquête du Nightmare s’ils le voyaient dans l’état lamentable dans lequel elle l’avait trouvé. Laissant ce qui lui servait de couverture en compagnie de deux ou trois coussins, la tuneuse glissa du lit, et se releva pour partir en quête de la cuisine.

Le chemin pour arriver au coin cuisine de l’appartement du rider tenait quasiment du parcourt du combattant. Elle commença par ne pas trouver l’interrupteur de la lumière, pour continuer en tachant d’enjamber deux ou trois élément non identifié, avant d’abandonner et de finir en marchant prudemment sur tout. Lucy lâcha une bordée d’injures étouffée lorsque son petit orteil rencontra un objet non identifié, et elle sautilla en en retenant une deuxième jusqu’au premier placard venu. Elle y trouva directement un verre, qu’elle rempli au robinet, tandis qu’elle entendait le bruit de la douche s’arrêter. S’écartant du coin de lumière que projetait la lune sur le carrelage, elle s’appuya contre le plan de travail, et porta le verre à ses lèvres. Le stroumpf profita de cet instant pour surgir de la salle de bain, nu comme un verre, en hurlant comme un imbécile des mots parfaitement incompréhensibles. De surprise, la tuneuse avala de travers et se mit à tousser sans qu’il semble l’entendre. Elle vit d’un œil embué Yatano entrer à la volé dans la chambre qu’elle avait décidé de squatter, et l’entendit hurler toujours plus fort des choses toujours plus incompréhensibles. Reposant son verre, Lucy se pinça la racine du nez d’un air désespéré. La douche ne semblait pas spécialement lui avoir fait du bien.

Lucy fit le chemin inverse vers la chambre sans prendre garde à ce sur quoi elle marchait. Avec une certaine crainte de ce qu’elle allait voir, la jeune fille poussa la porte de la main et entra dans la pièce pour contempler l’étendue du désastre. De son point de vue, on aurait dit de l’ « art » contemporain. Déduisant ce qui s’était passé de la position du jeune homme, la tête la première dans les coussins, les fesses en l’air, il semblait avoir pris le tat de coussin recouvert par la veste pour elle. Et avait plongé. Une fois de plus, la jeune fille soupira et s’appuya contre le cadre de la porte.

- Sérieux Yata… Calme tes ardeurs. Jvais allé chercher des glaçons, ça fera peut-être redescendre la pression, fit-elle, moitié ironique, moitié sérieuse.

_________________

Color: #f0643e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatano

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Mar 29 Jan - 20:20

De tout ce que je me souviens, il n'y a pas pire qu'un reve qui s'echappe devant nos yeux. Un instant on croit tenir dans nos mains la reponse a toutes nos attentes. L'autre, nous nous voyons subjuguer par une vague délante qu'est le désespoir. Rever, voila tout ce qui me restait. Devenu bête de foire, me voila en prise avec les démons que je n'aurais jamais cru faire mien. La verite, c'est que j'avais peur de la suite. Pour la premiere fois, le grand fou que j'etais sombrait dans le plus grand désaroi. Je n'etais pas fait pour avoir de grande responsabilité. J'ai toujours été meilleur support que meneur. Et pourtant ce monde dépend en partie de mes actes. Je ne sais ni trop quoi dire, ni trop quoi faire, mais aujourd'hui, enmitoufflé dans ces coussins, ma fuite cesse. Nu comme un vers, je me redresse. Ma voix laisse echapper un non, suivi d'un regard étonnament calme. Il n'etait plus question de faire que le reve grandisse, mis bien qu'il perdure... J'en ferais donc mon affaire.

Je me levais du lit, m'approchant calmement de Lucy et de son mal. M'agenouillant, je posais ma main à l'endroit de sa douleur, usant de ma route pour l'anésthésier. Je me relevai tant bien que mal, faisant craquer mon cou avant d'afficher un grand sourire a l'excellente tuneuse qui me faisait face. Je la decala, attrapant sur le sol un short qui ferait l'affaire pour la suite de cette journée. Je l'invita à prendre place dans le lit, l'assurant qu'il n'y avait plus de crainte à avoir, que dorénavant, j'essayerais de faire de son mieux pour que tout aille bien. Je lui proposa même de venir s'installer ici. La solitude n'a jamais été de mon fort, et sa compagnie ne serait pas de trop pour les epreuves qui nous attendez tous. Il etait difficile pour moi de renoncer a la liberté que je prônais tant. Mais si cela permettait a d'autres d'atteindre le ciel alors pourquoi pas. Apres tout...

C'est le vent qui permet aux oiseaux de toucher le ciel...

"Je vais faire du ménage, repose toi et désolé si je fais trop de bruit."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   Ven 22 Fév - 16:55

Toujours appuyé contre la battant de la porte, Lucy observa Yatano se relever, et se sentie perplexe tandis que le jeune homme semblait avoir plongé au plus profond de lui-même à la recherche de … son cerveau, sa conscience, sa santé-mentale, ou elle ne savait quoi d’autre. Il semblait soudainement être pris dans une sorte de lutte avec des démons intérieurs, et la jeune fille était très bien placée pour comprendre que tout n’était pas aussi simple que ça. Se bourrer la gueule, faire les cons, arrêter de réfléchir, agir sans se rendre compte, tout ça, ce genre de choses qui donnait à la vie cette impression de simplicité, cette impression d’être immortel, de ne rien craindre, semblaient réellement fini. Ce n’est pas le genre de choses qu’on abandonne facilement, mais trop de choses reposent maintenant sur les épaules du jeune homme. Trop de gens attendaient qu’il se mette en marche pour le suivre, maintenant que le premier pas est fait, il est impossible de s’arrêter.
Un simple « non » résonna dans la chambre d’un ton calme, et la tuneuse eu un sourire. Sourire qui se transforma rapidement en grimace lorsque son petit orteil lui sembla avoir doublé de volume, et il lui semblait que son cœur battait maintenant dans se petit bout de chaire, de nerf et os, le mettant à vif. Yatano semblait avoir compris le problème et s’avança vers la jeune fille, pour s’agenouiller devant elle et poser sa main sur son pied blanc. La douleur fut rapidement remplacé par un léger froid, puis par plus rien, lorsqu’il lui anesthésia une petite du pied. Lucy murmura un petit « merci
», plein de gratitude pour ce geste bienvenu, et répondit au sourire qu’il lui adressa avant de se décaler pour le laisser passer. C’est légèrement surprise qu’elle accueilli sa proposition, son invitation à emménager chez lui, plutôt que rester seuls, chacun de leur coté.

- Avec plaisir, répondit la tuneuse, affichant son plus grand sourire, avant d’ajouter en levant un sourcil : Je t’aiderais, Yata. Après tout, si je suis revenue, c’est bien pour ça.

Un léger temps de réflexion s’imposa à la jeune fille. Elle comprenait mieux que bien le mal que pouvait avoir le jeune homme à abandonner sa liberté, puisqu’elle-même avait du ranger son anonymat et sa liberté quand elle avait accepté de devenir Pledge Queen, quelques années au paravent. Et même maintenant, alors qu’elle avait rendu le titre, elle n’était toujours pas libre. Lucy pinça les lèvres et releva la tête vers Yatano.

- Ne t’inquiète pas pour le bruit. Yata… Tu crois que, dans quelques année, quand le Nightmare sera de nouveau à son apogée, que toute cette horreur sera loin derrière, nos noms se noieront dans le flot de l’histoire, seront oubliés, et qu’on pourra être libre de toute contrainte à nouveaux ?

_________________

Color: #f0643e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]   

Revenir en haut Aller en bas
 
(un an en arrière) Je squate! [PV Yatano]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cherche coque arrière Touch Pro 2
» taille pneu arrière enduro
» Triangle arrière RPM True Track compatible avec Summit 1/8 ?
» Marche arrière
» Tringle de commande de frein arrière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Air Gear Evolution ::  Tokyo :: Shiodome - Daimon :: Place du Mistral-
Sauter vers: