AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote!



Partagez | 
 

 Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako

Aller en bas 
AuteurMessage
Yuki Mosoka

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 28/12/2012

MessageSujet: Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako   Dim 17 Fév - 19:44




Je n’étais pas venu en ce lieu pour me moquer ou encore montré a tous mes pauvres talents, non j’étais venu leur donner des conseils comme tous les samedi soir. A force on commençait à me connaitre, les plus jeunes venaient de la part de plus grand pour des conseils, des renseignements sur leur façon de glisser ou encore comment entretenir leur Air Treck. Un des plus vieux arrivait avec ses paires encore neuves à la main.

-Hey Yuki-chan ! Tu peux vérifier s’te plait ?

Il me les agita sous le nez, je les pris alors entre mes mains et fit la vérification habituel, il était du genre à les acheter d’occasion ou sur internet et la plupart du temps ils s’abimaient rapidement alors pour être prévenant il venait vers moi pour éviter les accidents.

-Achète d’autre roues, celle-ci sont trop fragile pour ton style tu vas vite tomber, change les lacets et donne un coup de peinture.

Je pris un de mes tournes vice qui trainait dans mon sac pour resserrer les rouages des roues, ensuite je lui rendis et pour me remercier il m’offrit un sac remplit de nourriture, mes aliments fétiches. Des ramens, des étoiles en chocolat, de l’Ice Tea et de l’huile de moteur pour les Air Treck. Je savais que ceux qui venait ici n’avait pas beaucoup d’argent alors à la place je leur demandais de la nourriture et du petit matériel de Air Treck s’ils trouvaient. Malgré mes propres Air Treck au pied, je préférais les regardais s’entraîner, mes cheveux volant au vent.


_________________


Like This ♪

Quand je vois le ciel
L'ennuie et la peur s'envole
En haut des nuages ♪

Time Song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyako Watanabe

avatar

Messages : 323
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako   Lun 18 Fév - 22:23

J'étais tombée après mon combat avec Yatano. Rien de bien étonnant en soit, j'avais défié un rang A qui avait à de nombreuses reprises prouvé sa valeur. Il avait brisé mes ailes d'un coup de glace. J'avais plusieurs jours pleuré mes ailes disparues, celles qui m'avaient aidé durant mes années d'enfermement. Mais je savais qu'il n'avait pas fait cela gratuitement, du moins, je l'avais récemment compris. Comment voulais-je être définitivement libérée si mes ailes étaient encore enchaînées par ma haine ? Il fallait alors que je m'en sépare, et les coups étaient la seule chose que je comprenais, et que je comprend encore d'ailleurs.

Je sortais d'un tuning avec la meilleure tuneuse que je pouvais espérer, l'ancienne pledge queen. Mais elle était aujourd'hui injoignable, et il fallait que je vole de nouveau. Ou plutôt que je réapprenne à voler. Voler d'une manière nouvelle, il fallait aujourd'hui que je remonte la pente et que je prenne cet envol que j'enviais depuis maintenant trop longtemps. Il était alors hors de question que j'attende auprès d'une tuneuse qui ne dégnait pas répondre à mes appels, je me renseignais alors, et pris connaissance d'une nouvelle tuneuse. Une jeune fille de 17 ans qui effectuait des réparations au skatepark de Shiodome le samedi soir. Rien qui ne m'enchante en réalité, mais je n'avais aujourd'hui pas le choix.

Je me rendais alors au lieu où je savais que j'allais la trouver. Il ne me fallut pas longtemps pour m'y rendre, et je vis alors une jeune fille blonde s'acharner sur des trecks, je l'avais trouvé. Restant dans l'ombre le temps de l'observer, je vis qu'elle n'avait pas une grande expérience, bien qu'elle mettait ses capacités et ses connaissances au service des jeunes riders n'ayant pas beaucoup d'argent à donner. Et c'est d'ailleurs ce qui m'amusait. Le rider debout face à elle, en echange de ses services, lui offrit un sac rempli de nourriture, les riders, quelle bande de galériens alors ! Tout était bon pour s'en sortir, c'est après tout ce qui créait l'unité dont nous faisions tous parti, après tout.

Je m'approchais alors, mes économies dans les poches, la glace dans le regard, et mes ailes dans les bras. Me postant face à elle. Il était hors de question que je paye un travail moyen c'était certain, alors je ne la ménagea pas dès le début, posant cartes sur table, commençant par me présenter comme d'habitude, préférant que les gens saches qui je suis, tout comme j'aimais savoir qui j'avais face à moi. Ca pouvait sembler hautain, mais pour une fois il n'en était rien, ne s'agissant que d'une simple marque de respect.

" Bonsoir, je suis Miyako Watanabe rang D de la slicer road, variante de la fang, je suppose que tu es Yuki Mosoka ? Enchantée. Mes ailes ont recu un très mauvais coup, les roues ont été explosées, et j'en ai besoin au plus vite, un event se trâme et j'ai ce besoin viceral de rider, je pense que tu es en mesure de comprendre. J'ai 300 billets dans ma poche. Je t'en donne 100 immediatement pour le travail, tu aura les 200 restant si ton travail est irreprochable apres que je les ai essayé ici même."



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zan

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako   Mar 19 Fév - 2:20

Samedi soir, soirée ou les gens normaux s’amusent, ou l’ont se repose grâce à ces moments de plaisir, de plénitude avec des gens que nous apprécions et qui nous permettent de nous ressourcer et refaire le plein d’énergie pour une nouvelle semaine d’efforts. Qui a-t-il de plus normal que de voir un homme se doucher, prendre soin de bien se coiffer, chercher des vêtements qui, sans être chics, lui donne un air classe et de se regarder dans la glace pour s’assurer de son apparence?

Cependant, nous parlons ici de Zan. Sa coiffure est la même que d’ordinaire, mais il sort les vêtements des grandes occasions! C’est-à-dire une veste de cuir ajustée qu’il laisse ouverte sur son torse, révélant les dizaines de cicatrices le barrant. Cette veste se pare de chaines de partout, et des pointes métalliques apparaissent sur les épaules. Un pantalon de cuir, lui aussi lesté de diverses chaines, accompagne le tout. Des chaussettes noires pour ne pas dépareillé et le voilà devant le miroir.

Ses yeux se voilent un moment, la vue des traces de la vie sur son corps le plongent, comme à chaque fois, dans le passé. Caressant la croix sous son œil droit, il revit l’accident qui lui a couté ses parents et sa mémoire. La douleur de marcher sur une cheville briser sur des kilomètres pour rejoindre la ville lui revient à l’esprit et un frisson désagréable lui court le long de l’échine. Il suit du bout des doigts les cicatrices que l’accident lui a laissées, se perdant dans le passé, avant qu’il ne touche celle qui traverse son torse, de l’épaule gauche a la hanche droite. Il se remémore le combat contre ce rideur si puissant, l’égal d’un king, mais sans regalia. Il les avait attaqués sans avertissement, lui et sa team et il les avait laissé blessés et humiliés au sol. Les E&A seraient tous mort, cette nuit-là, si le G-MEN n’était pas venu mettre ce roi sans couronne sous les verrous.

Une larme coule lentement le long de sa joue. Souffrir ne le dérange pas, mais les souffrances de ceux à qui il tient sont la pire des tortures pour Zan. Et se rappeler sa faiblesse et son incapacité à défendre ses amis à ce moment est pire que tout a ses yeux. Le balafré a beau être un meurtrier, un voleur et un manipulateur, il ne se pardonnera sans doute jamais son impuissance lors de cet affrontement.

Deux bras fins viennent l’enlacé avec douceur et un front se pose contre son dos. Kikumi, sa colocataire et meilleure amie est là pour lui et elle le lui fit savoir silencieusement. Elle n’a pas vécu ces événements avec lui, mais elle est sensible au point de les vivres grâce à lui. Cette présence réconfortante enraye les larmes et il se tourne doucement pour la regarder dans les yeux.


"C’est rare que tu te fasses beau comme ça. Tu vas rencontrer une fille, hein? Tu sais que je pourrais être jalouse un jour? "

Son sourire moqueur et ses yeux brillants finissent de réconforter le rider qui éclate de rire. Il lui caresse affectueusement les cheveux avant de lui répondre.

"Tu peux être jalouse ce soir, Kiku. La fille que je vais voir cette nuit, c'est la personne la plus importante pour moi depuis longtemps. " Un ombre passe dans ses yeux, sombre et inquiêtante. "C’est elle qui pourra me réparer Tatsumaki. Et si j’ai de la chance, nous franchirons l'étape et elle regardera même Tsumijikaze pour voir si elle pourrait pas le solidifié lui aussi…"

Peu de temps après, le balafré chausse ses ats de rechange, qu’il a pris soin de prendre rouge pour bien faire la différence, prit son fidèle sac-à-dos et il s’élance dans la nuit pour rejoindre Shiodome. Mais une escale s’imposait en route. S’arrêtant dans son restaurant de ramen préféré, il y passa commande avant de payer et de se précipiter vers son but principal ; Le skatepark.

Une fois sur place, il trouve tout de suite la personne qu’il cherche. Comme lors de leurs première rencontre, la tuneuse est entouré par quelques rideurs lui demandant des conseils sur l’entretient de leurs ailes. Je ne serais pas étonné si, dans le lot, il n’y en aurait pas plusieurs qui tentent de trouver le courage d’avouer leurs sentiments a la beauté en question, mais ils semblent trop timide pour le faire, ou ils se sont déjà vue repoussé par la source de leurs romances.

Amusé par cette idée, Zan lève les yeux au ciel pour tenter de chasser son amusement. Son regard se pose sur la lune, si belle, si blanche malgré les quelques nuages qui l’obscurcissent. Combien de fois a-t-il regardé le ciel depuis que son aile a été brisée? Il ne le sait pas lui-même. Voilà environs une semaine qu’il a sauvé une autre rideuse d’un chauffard, sacrifiant ainsi son patin gauche pour une bonne cause.

Avant cet incident, il n’avait jamais vraiment remarqué à quel point il tenait à ses air trecks. Depuis, il sent un vide en lui. Le ride avait, lentement mais surement, prit une place énorme dans sa vie et il se sentait faux quand il n’avait les ailes qui l’avaient portées jusque-là aux pieds. Mais ce vide allait peut-être se combler ce soir! Enfin, il avait trouvé une rideuse qui pourrait lui rendre son existence.

S’approchant doucement pour ne pas l’inquiéter comme la fois précédente, il se fige rapidement sur place. Un visage qui ne lui est pas inconnu s’approche de Yuki avec une démarche sure d’elle. N’est-ce pas sa collègue de travail, Miyako? Oui, c’est bien elle! Mais qu’est-ce qu’elle fait la?


" Bonsoir, je suis Miyako
Watanabe rang D de la slicer road, variante de la fang, je suppose que
tu es Yuki Mosoka ? Enchantée. Mes ailes ont recu un très mauvais coup,
les roues ont été explosées, et j'en ai besoin au plus vite, un event se
trâme et j'ai ce besoin viceral de rider, je pense que tu es en mesure
de comprendre. J'ai 300 billets dans ma poche. Je t'en donne 100
immediatement pour le travail, tu aura les 200 restant si ton travail
est irreprochable apres que je les ai essayé ici même."

Comme le monde est petit. Deux riders plutôt connu, l’une plus que l’autre pour des raisons… visibles… Zan, tu peux m’expliquer pourquoi tu ne l’as jamais dragué, la Miyako? Je ne mélange pas histoire de cœur et le boulot… Ça fou toujours la merde à la fin et j’ai pas envie d’avoir à sortir la pelle. Si tu veux la draguer, t’as qu’à prendre le contrôle, mais j’suis pas certain qu’elle t’intéresse, encore moins qu’on l’intéresse. Je vois… Peut-être tenterai-je ma chance un jour alors… Enfin, ce n’est pas l’important. Zan regarde la scène avec un petit sourire et reprends aussitôt sa route.

Aussitôt arrivé à la hauteur des deux filles, avant que la tuneuse n’est pu répondre à la rideuse, il tend le boite contenant le ramen préparé spécialement pour Yuki a cette dernière et il éclate de rire. Regardant tour à tour la tuneuse et la rideuse, il ne peut s’empêcher de sourire.


"Yo Yuki, j’t’ai apporté tes ramens préférés. J’espère que ça te fera plaisir. Ils sont encore chauds, alors te gêne pas pour les goûter. Sinon, je t’ai apporté les pièces que tu m’as demandé, et mes ailes pour que tu les répares et les solidifie. Bien sûr, je paie. Mais fait moi passé après la dame, j’ai pas envie qu’elle m’éventre pour passer devant elle ! "

Se tournant vers la rideuse en question en riant, il plonge son regard dans ses yeux.

"Hey, Miyako, essaie de pas l’endommager. On bosse pour le même journal, et ce mois-ci, elle va en faire partie. C’est mon interview du mois, alors soit sympa please. Sinon, comment va? ‘Tain, faut que j’t’avoue un truc, ton attitude c’est pas amélioré pendant que j’étais en tôle! T’inquiête, j’te trouves toujours sympa! "


_________________


WhiteLines, je t'adore toujours autant pour le kit!

Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Mosoka

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 28/12/2012

MessageSujet: Re: Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako   Mer 20 Fév - 16:46



Je venais a peine de rendre une autre paire a un jeune rideur que je sentie une présence dans mon dos, je levais la tête pour la voir, elle se mise ensuite devant moi à me jetait presque à la figure ses Air Trecks. Le premier truc que je fis c’est de les poser sur mes genoux, ils étaient dans un sale état puis elle se présenta.

" Bonsoir, je suis Miyako Watanabe rang D de la slicer road, variante de la fang, je suppose que tu es Yuki Mosoka ? Enchantée. Mes ailes ont recu un très mauvais coup, les roues ont été explosées, et j'en ai besoin au plus vite, un event se trâme et j'ai ce besoin viceral de rider, je pense que tu es en mesure de comprendre. J'ai 300 billets dans ma poche. Je t'en donne 100 immediatement pour le travail, tu aura les 200 restant si ton travail est irreprochable apres que je les ai essayé ici même."

Je la regardais l’air un peu niais. Je n’avais compris que son prénom et son rang dans sa première phrase, le reste pour moi était non seulement sans importance mais aussi incompréhensible. Ce que je remarquais aussi c’est qu’elle me proposait de l’argent, j’hochais la tête en signe d’approbation. Mais quand je vis ses Air Treck un doute me prit, mes doigts effleuraient doucement les parties abimaient… Elle avait fait souffrir ses ailes.

-Pauvres ailent… Tu as était méchante avec elles…

Je fronçais les sourcils, ses roues m’énervaient. Je pris mon tourne vice pour les enlever et les jetait plus loin.

-Mauvaise roues.

Je pris ensuite mon calepin pour noter les choses à acheter, ainsi que mes états pour mes journées futur. Sauf qu’une nouvelle personne arriva pour compléter la scène, c’était Zan, mon regard ne put s’empêcher d’aller se poser sur son torse a l’air libre ou je pouvais voir ses cicatrices. Il fallut qu’il me parle pour que j’arrête de le fixer.

"Yo Yuki, j’t’ai apporté tes ramens préférés. J’espère que ça te fera plaisir. Ils sont encore chauds, alors te gêne pas pour les goûter. Sinon, je t’ai apporté les pièces que tu m’as demandé, et mes ailes pour que tu les répares et les solidifie. Bien sûr, je paie. Mais fait moi passé après la dame, j’ai pas envie qu’elle m’éventre pour passer devant elle ! "

Encore…Du boulot ? Et payais avec une avance et des ramens. Je les regardais l’air impassible mais ils pouvaient voient clairement dans mes yeux des petites étincelles de bonheur. Je rangeais les ramens dans le sac en plastique a côté de moi, puis prit sans demander quoi que ce soit à Zan ses Air Trecks que je regardais attentivement. J’analysais chaque détail, comme un scanner, je repris mon calepin et nota de nouveau.

-De l’argent…Je vais être à cours d’argent…

Pour réparer de tels rollers il me fallait de beaux matériels, malheureusement l’un d’eux est hors de m’a porter. Je fronçais de nouveau les sourcils et jeta plus loin les roues de Zan après les avoir devisé.

-Vous avez de trop mauvaises roues.

Par chance ma collection de roues de bonne qualité est en abondance dans mon garage.


_________________


Like This ♪

Quand je vois le ciel
L'ennuie et la peur s'envole
En haut des nuages ♪

Time Song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyako Watanabe

avatar

Messages : 323
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako   Jeu 21 Fév - 16:07

Je n'avais attiré son attention qu'à partir du moment où j'avais parlé d'argent. Mais l'ennui était qu'elle n'était pas sure de tout avoir si elle n'avait pas attentivement écouté ce que j'avais dis. Expliciter la road et le rang était primordial car par extension, une queen ne fait pas les mêmes choses qu'une rang F, c'est logique. Alors les trecks ont besoin d'être plus solides, et il en est de même pour la road. Elle prit mes trecks, mes ailes, comme de banals rollers, mes mains se crisperent sur l'argent qui n'était que poussiere face à ce qu'elle tenait dans les mains. Elle bégayai d'un air triste, puis balancais mes roues en lachant un "mauvaises roues". Choquée je me retint de lui préciser que mes trecks avaient été tuné par l'ancienne pledge queen. Mais je ne me contentait que de sourire faussement, legerement inquiete face à la personne a qui j'avais confié ce qui m'était le plus cher.

J'entendis ensuite un bruit de pas, et alors que je tournai la tête, je vis un visage familier. Aussitot mes yeux planté sur le visage que je recontextualisais cette connaissance, Zan, ancien collègue du journal où je travaillais.

"Yo Yuki, j’t’ai apporté tes ramens préférés. J’espère que ça te fera plaisir. Ils sont encore chauds, alors te gêne pas pour les goûter. Sinon, je t’ai apporté les pièces que tu m’as demandé, et mes ailes pour que tu les répares et les solidifie. Bien sûr, je paie. Mais fait moi passé après la dame, j’ai pas envie qu’elle m’éventre pour passer devant elle ! "

Je n'avais jamais porté ce rider dans mon coeur, allez savoir pourquoi, c'était chimique. quand ça veut pas passer ça passera jamais, j'étais comme ça et loin de moins l'envie de changer. Je lui fis un bref signe de la tête avant de me refocaliser sur la tuneuse. Elle critiquait de nouveaux les roues, après avoir réclamé de l'argent, je me tournais alors vers Zan, 100 billets était le minimum qu'elle allait recevoir, 300 le maximum si elle faisait du bon boulot, et pour une tuneuse débutante c'était bien plus qu'il ne le fallait.

J'entendais cependant le rideur me parler,

"Hey, Miyako, essaie de pas l’endommager. On bosse pour le même journal, et ce mois-ci, elle va en faire partie. C’est mon interview du mois, alors soit sympa please. Sinon, comment va? ‘Tain, faut que j’t’avoue un truc, ton attitude c’est pas amélioré pendant que j’étais en tôle! T’inquiête, j’te trouves toujours sympa! "


Je ne fis que le regarder, c'était pas le moment de m'énerver, mes trecks étaient en miettes, mais je n'avais pas besoin de ça pour autant pour en foutre une à un faux playboy dragueur de bas étages. Il n'y avait en clair aucun mot dans sa phrase qui ne m'avait pas donné des frissons tellement ça m’exaspérait. Quoi qu'il en etait, mon regard en disait long, et je le savais. Je me retournai vers Yuki,

Combien de temps pour que tu me les répare ? Je suis un tantinet pressée vois tu. Et n'oublies pas que la difference entre un travail rapide et un bon travail équivaut à deux cent billets.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zan

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako   Lun 25 Mar - 22:57

Ah, en effet Zan, son attitude est toujours aussi merdique. Elle a un corps divin, des proportions génialissimes, mais avec son caractère, je t’ordonne de ne l’approcher que pour lui ouvrir la gorge. Ce qui sera bien, si la chose arrive, c’est que je serai aux premières loges pour y assister, puisque nous partageons les mêmes yeux.

Enfin, mon avis ne compte pas du tout, ce qui a de l’importance, c’est de continuer à décrire les pitreries de notre bouffon national. Un bouffon, certes, mais pas un enfant de cœur. Le regard qu’elle lance à notre le fait sourire, un sourire mauvais et affamé. Elle le méprise visiblement, se croyant supérieur à lui simplement à cause de son rang. Mais sous-estimer les gens peut parfois nous apporter de très désagréables surprises.

Répriment l’envie de lui ouvrir le crane, Zan se détourne de la rideuse et pose un portefeuille près de Yuki. Il ne contient que cinquante milles yens, ce qui devrait être plus que suffisant pour lui payer la nourriture pour le mois ainsi que plusieurs pièces pour son travail. Quand a ce qui a trait aux roues qu’elle semble déclarer inutiles, la chose amuse le balafré. Il ne pense pas que ses roues étaient aussi horribles, mais qui sait, peut-être connait-elle vraiment son art?


Combien de temps pour que tu me les répare ? Je suis un tantinet pressée vois tu. Et n'oublies pas que la difference entre un travail rapide et un bon travail équivaut à deux cent billets.

Ah oui, quand on a grimpé les échelons, je vois qu’il est plus facile de se faire de l’argent. Deux cents billets, à raison de mille yens du billet, c’est plus que suffisant pour se payer le loyer pendant trois mois. Mais je ne sais pas, malgré la visible générosité de la rideuse, quelque chose chez elle froisse un peu le jeune homme. Aussi est-il incapable de se contrôler et il se lance dans une demande de compréhension.


"Ouep, j’te trouve sympa pour les chiens, ça change pas. Tu vas me dire ce que je t’ai fait? Que je sache, j’ai jamais rien fait contre toi. C’est mon rang qui te dégoute? A moins que ça ne soit l’attitude des rangs D de mépriser les autres? Si c’est le cas, putain, le nightmare, c’est carrément de la merde. "

Classe, tact, gentillesse… Je ne sais pas pour vous, mais ce sont des traits que j’aime bien chez les gens. Ils permettent de discuter calmement, gentiment sans en venir aux insultes et à la prise de tête, si ce n’est celle de poings. Pourtant, j’ai beau tenter encore et encore d’en trouver ici, je n’en voit pas… J’espère que cette situation ne tournera pas au vinaigre, car je n’aime pas vraiment faire preuve de violence envers es femmes…

_________________


WhiteLines, je t'adore toujours autant pour le kit!

Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Mosoka

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 28/12/2012

MessageSujet: Re: Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako   Sam 30 Mar - 21:24



Je l’ai regardais attentivement tous les deux sans rien dire, je voyais que l’atmosphère devenait plus lourde et qu’ils n’allaient pas tarder à se taper dessus, on pourrait presque croire qu’ils se battaient pour moi mais je n’étais pas assez orgueilleuse pour le croire. Non, ils allaient se battre parce qu’ils ne pouvaient pas se voir en peinture et sa se voyait bien.

-Taisez-vous.

Je me levais sur mes rollers, de là ou j’étais je les surplomber d’une grande hauteur. Je mis les deux pairs autours de mon cou et remis m’a casquette correctement.

-Vos histoire ne m’intéresse pas, je ne veux pas les entendre, allez-vous battre si cela vous chante mais pas ici sinon nos contrat sont annulé. Zan tu auras tes rollers et toi aussi Miyako, malgré le peu d’argent que tu ma donnais.

Je pris mon sac en mettent le portefeuille de Zan dedans. Puis je me tournais pour partir.

-Ne me cherchais pas, et n’essayais pas de me contacter. Venez ici tous les samedis toute les semaines jusqu’à ce que vous me voyiez et c’est tous.

Je commençais à rouler prête à partir.


_________________


Like This ♪

Quand je vois le ciel
L'ennuie et la peur s'envole
En haut des nuages ♪

Time Song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le travail vous tombe dessus -Zan&Miyako
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quand vous caller malade à votre travail et que c`est pas vrai...vous sentez vous mal ?
» La Vacherie
» Comment vos collègues de travail vous percoivent d`apres vous ?
» Quand votre smartphone vous suit à la trace...(Historique GPS Google)
» Victor HUGO (1802-1885) Quand la comète tombe au puits des nuits, du moins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Air Gear Evolution ::  Tokyo :: Shiodome - Daimon :: Skatepark-
Sauter vers: