AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote!



Partagez | 
 

 The fragance of memory [Libre] [Mature Audience (probablement)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cure

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 12/02/2013

MessageSujet: The fragance of memory [Libre] [Mature Audience (probablement)]   Mar 12 Fév - 21:42

Ballade au clair de lune, des pas guidés par un appel si ténu qu'il en est presque imperceptible. Mais pour un être qui n'a rien, il résonne plus fort encore que les trompettes du Jugement Dernier, en un chaos assourdissant que Cure ne peut faire taire. Reculer, comme avancer, ne fait qu'amplifier ce besoin primaire, instinctif, quasi-animal, de monter pas à pas les marches qui mènent au temple d'Asakusa.

Au sommet, les shisas gardiens des lieux regardent menaçant la créature qui s'approche. Un instant, son corps hésite. S'ils sont dépassés, il ne restera plus pour Cure de marche arrière. Quoi qu'il en coûte, la confrontation sera inévitable. Cure le sait, mais son instinct a raison de sa conscience.

" 今見れば皆欲目也枯た梅
ima mireba - Je me rappelle comment était
mina yokume nari - Avec mélancolie
kareta ume - Cette prune d'hiver vide "

Kobayashi Issa, 1818


La souffrance est au rendez-vous. Des flashes, tous plus douloureux les uns que les autres. Tout reviens: les drogues étoilées de son laboratoire dans les ténèbres, la mort, omniprésente, un champ de cadavres, une vengeance, des alliés, encore la mort, l'unité, la mort une fois de plus. Et le corps de cette fille, bafoué, souillé. Cure n'a rien pu faire, arrivant trop tard, beaucoup trop tard. Des visages, flous, la douleur, encore la douleur. La folie aussi, son ennemie, son alliée, ce tango malsain dansé encore et encore entre ces deux monstrueux partenaires.

Puis un cri, inhumain, perçant les ténèbres, faisant fuir la faune et trembler la flore. Cure chute, dégringole, chaque impact, chaque marche, un souvenir douloureux de plus. Cure voudrait pouvoir pleure, Cure voudrait pouvoir mourir, un autre souvenir, ses tentatives, impossible, condamné à la vie, encore des flashes, une pièce inconnue, des lumières, des scalpels, des seringues, l'inconscience, cette douce inconscience, la douleur à nouveau.

Combien de temps, combien d'années ? Que lui ont-ils fait subir ? La décharge où Cure a émergé, colosse d'un millénaire brisé.

La rage enfin, la vengeance aussi, la justice.

" 旅に病で 夢は枯野を かけ廻る

tabi ni yande - Malade lors d'un voyage
yume wa kareno wo - Mes rêves dérivent
kake-meguru - Dans les champs fânés"

Matsuo Basho, 1694


Haïkus, l'esprit clair, rage devenant colère froide, la tristesse fait place à la vengeance. Cure, la solitude qui l'anime se mue en véhémence, démence devenant limpide, folie dominée, soumise. Il n'y aura pas de procès, pas de traque, juste un implacable jugement tombant sur les fautifs avec la puissance d'un millier d'anges furieux, d'une puissance telle que les générations a venir deviendront fous et se mettront à parler des langues qui n'existent pas à la simple mention des actes que Cure commettra.

Fin de la chute, retour à la case départ, corps étendu par terre, des cliquetis sinistres tentant de plagier une sinistre rire, menant l'horreur à sa quintessence. Les étoiles, brillantes, pâles et terribles, assistent à la renaissance d'un fléau qui terroriserait les Cavalier de l'Apocalypse. Cure se lève, difficilement, toujours la douleur, mais une inquiétante lucidité aussi.

Un nom.

" Neyo "

Un cri.

" Neyo "

Un hurlement.

" Neyo "

Deux syllabe, un désir, une volonté.

" Neyo "

Le son de la vengeance. Cure envie aux humains leur capacité à pleurer. Un privilège pour son esprit. Etait-ce le bonheur, à l'époque, cela semblait si lointain. Non, une tentative de rédemption, une recherche d'âme, d'humanité, de paix. Cure n'a jamais pu s'allier à la paix. L'art de la guerre, son seul salut, son seul don ? Cure le croyait. A cet instant précis, c'était son unique conviction.

" Déployez des appâts pour attirer l'ennemi. Feignez le désordre, et écrasez-le"

Sun Tzu - l'Art de la Guerre, Chapitre 1


Un corps étendu, souffle derrière un masque.

" 一昨日の野分けの浜は月澄みて
Ototoi no - Un typhon sur cette plage
nowake no hama wa - Deux jours plus tôt
tsuki sumite - Une lune brillante "

Gozan - Umi Kurete no Maki


Un mantra, un but.

" 一昨日の野分けの浜は月澄みて "

Encore et encore, la lucidité à son paroxysme.

" 一昨日の野分けの浜は月澄みて "

Encore et encore... si on ne l'interromps.

_________________
毒草の花の陰より清水哉
dokusô no - Depuis l'ombre
hana no kage yori - De la fleur empoisonnée
shimizu kana - L'eau pure



Kobayashi Issa, 1815
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sokar

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 15/10/2012

MessageSujet: Re: The fragance of memory [Libre] [Mature Audience (probablement)]   Sam 16 Fév - 13:54


Ah bah putain, ca faisait perpet’ que c’etait pas arrivé, une bonne journée de daubasse comme ca… serieusement, c’pas bien ! quand il se passe nada pendant plusieurs mois, qu’y’a rien d’autre a branler que d’organiser des tournois de jeux videos inter-services du gouvernement, et s’occuper comme on peut, bah on est plus habitué quand y’a une vrai couille qui debarque, et du coup ca fait d’autant plus chier que merde quoi… c’etait la finale de Smash Bros brawl… f’chier ! je me doute que vous, pauvre ères derriere vos ecrans vous vous demandez de quoi je cause depuis tout a l’heure, et du coup j’hesite entre vous repondre direct… ou vous envoyer vous faire foutre avant, comme ca, juste par principe !… mais flemme oblige, on va gagner du temps, j’vais vous repondre.

Reprenons donc depuis le debut. Une journée banale au gouvernement, autant dire, rien a branler. On etait toujours en attente des nouvelles elections toussa toussa, fin bref, en plus c’tait un vendredi, c’soir c’tait le week end ! et du coup c’etait egalement le dernier jour du putain de tournoi inter service de Smash bros brawl. Et du coup, on en etait a la finale,sur ecran geant dans la salle du parlement, qui opposait le representant du ministere de l’interieur, Maynar, a son petit frere Sokar, representant la Sécu, sous les yeux interessés de tout les ministres et employés ! et mine de rien, quand il s’agissait de rien branler et de gagner des tournois, la finale c’tait toujours entre ces deux la… y’a qu’a voir la semaine derniere au tournoi de Tekken, ou la semaine d’avant au tournoi de KoF, … enfin bref, on pourrait remonter loin comme ca, parce que bon, y’a beau dire, ils ont beau bien faire leur taff, les Séda avaient toujours un coté branleur… allez savoir, le coté hispanique maybe … et c’est donc en plein milieu de ce magnifique combat Sonic/wolf que l’alarme se declencha, et que le courant fut coupé. Le portable de Soky se mit a sonner et il le porta immediatement a son oreille. Puis en moins de quinze secondes, il raccrocha et remit son portable dans sa poche. Il sortit de la piece en lancant un « personne ne sort d’ici » avant de partir en trombe, en ridant a travers les couloirs. Oui, chef de la secu, costard, mais surtout rega en dessous… fuckers \o/ ! une putain d’attaque par une bande de riders soit disant « revolutionnaires », il en avait deja entendu parler de ces couillons. Le genre contre les nouvelles lois et le nouveau nightmare. C’est donc a coup de tatanes qu’il defonca les dix huits intrus qu’on lui avait signalés. Ils etaient pas specialement balaises, m’bon, c’tait toujours casse couille ! et pis merde quoi, maintenant son costard etait crade, c’est que ca tache, le sang, bordel ! c’est en voyant ce sang qu’il constata que, dans sa saoulitude, il avait peut etre tapé un p’tit peu fort… mais voilà aussi, il etait sur le point de gagner le tournoi putain !!

Suivit ce qui devant s’ensuivre, commission, flics, interrogatoires, temoignages et tout le bordel bien chiant ! ce qui, une fois finit nous amena a 18h30… une heure et demi de week end en moins… merci les connards de « revolutionaires » de merde, ‘culés ! c’etait l’heure ou il devait retrouver Miya, ce qu’il fit du coup, mais sans avoir eu le temps d’aller se changer et se doucher, ce qui lui petait les yeuks. Il la rejoint donc, puis lui fit signe de le suivre, sans parler, comme a son habitude. Ils avaient prevus de se retrouver, d’aller se bouffer un truc et d’aller rider, mais la, leger changement de plan, ils allaient d’abord devoir repasser par chez lui. Fallait vraiment qu’il se change.

C’est donc une vingtaine de minutes plus tard qu’ils arriverent sur son palier. Et la, le dead alive se figea… ca faisait trop de bruit a l’interieur… bizarrement, il le sentait pas, m’bon, c’tait encore chez lui, et du coup il entra ! a peine la porte fut elle ouverte qu’un « PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA » se fit entendre… aaaaaah, le calme serein de sa fille lui avait manqué. Il la prit donc dans son bras pour l’embrasser puis la fixa… c’tait quoi ces fringues flashy et … vulgaires ?! (oui, un Tshirt rose flashy avec ecrit « stop staring at my boobs you pedophile !”… c’est vulgaire!). il commencait vaguement a comprendre ce qui s’etait passé. Il leva les yeux, et la tout etait clair ! a coté de sa chere et tendre, … Eris…. Voilà l’Xplication du boucan et du tshir. Il soupira donc longuement et entra, embrassa Yuna puis fit un p’tit sourire a sa sœur. Ca lui f’sait plaisir. Il l’avait pas vu depuis la naissance de la petite. Suite a ces salutations, il leur presenta Miya et se cassa sous la douche, laissant les filles entre elles !

Lorsqu’il reparut dans la salle a manger, il etait vetu d’un bete baggy noir, d’une chemise blanche a motifs tribaux noirs, et portait sa collection habituelle de pendantifs, boucles d’oreilles et bracelets qu’il pouvait pas mettre la semaine, au taff. Ils mangerent donc, dans un capharnaum pas possible… les deux gamines ne pouvant s’empecher de rivaliser d’immaturité… et mine de rien, c’tait Eris qui gagnait ! Une fois le repas fini, il alla coucher sa fille avec Yuna, laissant Eris et Miya seules. Lorsqu’il revint dans le salon il traca sur le balcon et enfila ses trecks, qu’il relia a la combi qu’il portait sous ses fringues. Il fit signe a Miya de le suivre, et du regard, demanda a eris si elle voulait les suivre. Suite a quoi il sauta du douzieme etage pour atterir sur l’imeuble d’en face !

Apres un certain temps de ride, ils passerent par asakusa ou il s’arreta net. Il avait entendu quelque chose. Un cri, une voix familiere. Puis un nouveau, et il entendit un nom. « Neyo »… un nom d’un temps bien ancien. C’etait quoi c’bordel ? Neyo etait plus la depuis longtemps, et ca toute personne l’ayant connue le savait… alors qui ? il demarra donc en trombe en direction des cris, jusqu’au bas des marches du temple, et la, a nouveau, il se figea. Cette silhouette… cette imposante silhouette,… cette voix… bien sur que ca lui etait familier… tres ancien certes, mais familier. Il se raprocha donc doucement de l’ancien instigateur du Pax Noctis. Puis, une fois derriere lui, lui posa une pain sur le bras. Il lui aurait bien tapoté l’epaule, mais bon, y’avait pas loin d’un metre de difference entre eux… juste enhauteur.


« … F’sait longtemps Cure ! … »

Quand etait il revenu ? que voulait il ? et que lui etait il arrivé durant ces… presque cinq années ? depuis qu’il avait disparut du jour au lendemain ?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cure

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 12/02/2013

MessageSujet: Re: The fragance of memory [Libre] [Mature Audience (probablement)]   Sam 16 Fév - 19:33

Contact, agression, l'instinct une fois de plus. Un bon en arrière, Cure sait comment gérer son poids. Un burnout, impossible, pas d'AT. Air Treck? Lointain souvenir, une autre vie. Trop de souvenirs, trop de confusion. Qui était-il? Trop silencieux, une impression de déjà vu, déjà connu. Les souvenirs s'affichent, s'estompent tout aussi vite, impossible de faire le tri, flashes stroboscopiques incessants. Du calme, respirer, fermer les yeux.

" 辻だんぎちんぷんかんも長閑哉
tsuji dangi - Un sermon au croisement
chinpunkan mo - Charabia
nodoka kana - Paisible printemps "

Kobayashi Issa, 1812


Un haïku, un souvenir, paix nocturne. Trop d’événements, plus qu'une seule vie ne peut en supporter, en accumuler. Cure croule sous leur poids, mais sa force est supérieure, c'est un fait. Physiquement, mentalement, rien ne l'arrête. Souvenir de sa propre force, sa propre résolution. Parler est difficile, former des phrases, une torture. Trop de questions, comment, combien de temps ? Y'a-t'il une fin a cette confusion ? Qui peut répondre?

Cure s’énerve, frappe, le sol se fends, son esprit aussi, Cure tombe. Ses yeux s'ouvrent, l'homme est toujours là, combien de temps?

Air Treck, un point de départ ? Il lui fallait de nouvelles ailes, de nouvelles roues, de nouvelles armes d'un ancien temps. Tout est lié, quelque part. Où ? Où chercher ? Par quoi commencer ? Les étoiles, un sentiment d'être chez soi, la douleur à nouveau, encore cette fille. Ils son liés. Tout est lié, quelque part, où ? Cet homme, le sait-il ?

Cure hésite, reste sur le qui-vive. Aucun danger, a priori, mais aucune certitude. Quand on ne sait plus qui on est, peut-on se fier à son instinct ? Il hasarde.

" Neyo ? Air Treck ? "

Trop d'efforts pour deux questions, impossible d'élaborer, pas assez de matière, pas assez d'atomes, rien à relier a part ces deux concepts, vagues, flottants. Cet homme connaît son nom. Cette attitude, impression de déjà vu, mais où ? Quand ? Vengeance, ne pas oublier, but unique émergeant du chaos. Seul espoir d'arriver quelque part, de trouver un chemin, une route.

" Qui me connais ? "

Une phrase, enfin, spontanée, authentique, personnelle. Cure ne s'adresse pas vraiment à qui que ce soit de précis. Un point de départ menant à la vengeance, c'est tout ce qu'il faut. Le point de départ par excellence, l'identité.

Son identité.

_________________
毒草の花の陰より清水哉
dokusô no - Depuis l'ombre
hana no kage yori - De la fleur empoisonnée
shimizu kana - L'eau pure



Kobayashi Issa, 1815
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The fragance of memory [Libre] [Mature Audience (probablement)]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The fragance of memory [Libre] [Mature Audience (probablement)]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [WIDGET] MEMORY STATUS : Gardez un oeil sur votre mémoire [Gratuit]
» Le CF approuve le message sur le libre choix du décodeur
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» [REQUÊTE] Sauvegarde sur la Memory Card HTC Desire
» Synopsis 2*04-Memory Lane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Air Gear Evolution ::  Tokyo :: Asakusa :: Temple-
Sauter vers: