AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote!



Partagez | 
 

 La belle et la bête [PV AiVy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zan

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: La belle et la bête [PV AiVy]   Lun 4 Fév - 19:10

C’est toujours un plaisir de danser une valse avec une inconnue. Surtout avec une inconnue d’une telle beauté. La main droite dans le dos, juste au-dessus des fesses, la gauche gardant la main droite de la demoiselle prisonnière, les deux corps tournoyant tout en se déplaçant, franchissant l’ouverture se nommant "porte" s’ouvrant sur un bâtiment abandonné. Le tout avant de rendre sa liberté à la délicieuse personne qu’il tenait contre lui pour mieux se retourner vers l’entrée et parler dans un langage gracieux.

"Nah mais écrase la, connard! Personne te dira rien! La prochaine fois que j’croise ta caisse, j’te la bousille enculé! "

Le jeune homme se tourne ensuite vers sa partenaire involontaire de valse et lui sourit gentiment. Dans son esprit repasse lentement ce qui a causé cette danse. Se promenant sans but vraiment, une scène avait attiré son attention.

Une demoiselle habillée d’une robe bleue lui fait dos. Un bruit de moteur d’ats lui vient de sous sa robe. Elle semble être perdue dans ses pensées puisqu’elle ne semble pas entendre la voiture qui fonce vers elle à toute vitesse. Sans y réfléchir, le rider c’est lancé à toute vitesse, attrapant la rêveuse comme il le pouvait, se lançant dans une vrille pour finir par se jeter dans l’endroit le plus sécuritaire a porté. Malheureusement, son pied gauche fut percuté de plein fouet par le chauffard, endommageant lourdement son patin et lui tordant la cheville.

Poussant le moteur de ses ats, pour avancer vers elle, lui tendant la main pour l’aider à se relever, il perd pied et s’écrase devant elle. Sa cheville n’arrive plus à le supporter pour le moment, et son patin commence à perdre des pièces. Roulant sur le dos en rigolant doucement, le balafré regarde la miraculé dans les yeux et lui fait un clin d’œil.


"Salut toi! Moi c’est Zan, qu’est-ce qu’une beauté pareille fait dans un trou perdu comme ici à risquer sa vie comme ça? Et c’est quoi ton p’tit nom?"

_________________


WhiteLines, je t'adore toujours autant pour le kit!

Theme


Dernière édition par Zan le Jeu 7 Fév - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/01/2013

MessageSujet: Re: La belle et la bête [PV AiVy]   Lun 4 Fév - 21:30

Cela faisait à peine une semaine que j'avais débarqué ici, dans ce monde rempli d'inconnu et de peur pour moi. Je devais revenir dans un pays qui ne m’était plus autant familier qu'il y a encore 5 ans. Je reconnaissais à peine les rues de Tokyo. Ces rues me paraissaient tellement étroites pour autant de monde. Je ne m'y sentais pas à l'aise. J'avais perdu cette habitude de confronter mes deux mondes: celui de l'Allemagne et celui du Japon. Le retour au dernier avait été plus difficile que je ne l'avais prévu. Moi qui était habitué à ces grandes rues entièrement piétonnes avec peu de monde, Tokyo par endroit ressemblait bien trop à une fourmilière. De même, ma maison me manquait, celle qui était restée en Allemagne. Elle était si grande, certes elle faisait bourgeoise et c'est pour cela que par moment je ne l'aimais pas trop, mais autour il y avait un énorme terrain. Cette espace me manquait lui aussi. J'avais un énorme mal du pays. Et je savais qu'il allait durer encore. Heureusement que mon caractère jovial avait le dessus.

Père m'avait offert mes rollers dès que nous étions arrivés à notre nouvelle maison. J'avais été très heureuse qu'il ait pensé à cela. Souvent, le dimanche, j'allais faire du roller pendant des heures que ce soit seule ou avec des amis pour me changer les idées avant de retourner en internat. C'était une manière pour moi de me sentir libre et à l'épreuve de tout. Je mettais de la musique dans mes écouteurs, des choses assez variées. Même si mes parents avaient essayé de préserver ce que je dirais "ma pureté musicale", j'aimais écouté de tout. Il était facile pour moi de passer du classique au métal en passant par le jazz. Et je pouvais rouler pendant des heures, à regarder les paysages de la forêt noire au loin. Cependant, mes rollers s'étaient cassés il y a de cela un mois et demi et avec le déménagement précipité nous n'avions pas eu le temps de m'en racheter. Aussi, quand j'arrivais dans ma nouvelle chambre, au pied de mon lit m'attendait un modèle de rollers particuliers: des breakhammer. Ces rollers contenaient apparemment un moteur ce que je trouvais bizarre mais soit, pourquoi pas après tout. Si ça pouvait m'aider à aller plus vite je n'allais pas dire non.

C'est ainsi que je me trouvais une semaine plus tard à me promener dans les rues de Tokyo avec mes nouveaux rollers. La veille, j'avais eu le temps de m'acheter une nouvelle robe bleu qui m'arrivait un peu en dessous des genoux, le haut était une sorte de corset lacé à l'arrière et il montait jusqu'à mon cou. Je n'aimais pas les décolletés, mère m'avait toujours enseigné que ceux ci n'étaient pas pour moi alors j'étais ravie de l'impression que donnait ma nouvelle robe. Je décidais de la mettre pour sortir avec mes nouveaux rollers. Cela rendait réellement bien ! J'étais contente du résultat. Je laissais mes cheveux détachés. Je pris mon MP3, mis mes oreillettes qui étaient invisibles sous mes cheveux et je partis pour une balade.

Ce n'est qu'au moment de ce que l'on pourrait appeler une danse que je repris mes esprits. Un homme me faisait virevolter alors que nous passions la porte d'un immeuble. C'est à ce moment que je compris: voiture, vitesse... Elle avait failli m'écraser et je devais la vie à ce jeune homme. Je reprenais à peine mes esprits quand il me rendit la liberté et qu'il se dirigea vers l'entrée en hurlant contre le chauffeur. Du moins c'est ce que je pensais, je ne connaissais pas les insultes japonaises et je ne compris que les mots de base. Mais je comprenais l'idée globale.

Il n'avait pas l'air méchant, et puis il m'avait sauvé la vie ! Alors qu'il venait d'injurier (je supposais) le chauffeur, il se retourna vers moi et me sourit. Je le regardais, les yeux embués de surprise et alors qu'il me tendait la main, il s'écroula devant moi. Je me précipitais pour voir comment il allait mais avant que j'ai eu le temps de lui demander quoi que ce soit il se tourna vers moi en riant et en me faisant un clin d'oeil.


"Salut toi! Moi c’est Zan, qu’est-ce qu’une beauté pareille fait dans un trou perdu comme ici à risquer sa vie comme ça? Et c’est quoi ton p’tit nom?"

Zan, un nom que je n'avais jamais encore entendu. En même temps je ne connaissais peu voir pas de japonais. Il abrégeait les mots mais je comprenais sans difficulé ce qu'il me demandait. Il avait beau avoir des cicatrices sur le visage, il avait plutôt un beau visage, assez doux et harmonieux.

"Je m'appelle Anne-Viginy mais vous pouvez m'appeler AiVy."

Je ne réussis pas à dire autre chose sur le moment. Je n'avais pas compris ce qui m'était arrivé et je ne comprenais pas plus pourquoi ce jeune homme s'était écroulé ainsi devant moi. Je regardais son corps et descendais le regard vers le bas de son corps. Je vis que l'un de ses rollers avait l'air de partir en morceau. Je compris alors ce qui se passait.

"Vous êtes blessé ? Voulez-vous que j'appelle une ambulance ? Il faudrait peut-être essayer de retirer votre roller si il est abimé et que votre cheville a un problème. Evidemment, je vous paierai la réparation de votre roller voir même l'achat de nouveaux s'il le faut. C'est le moins que je puisse faire après que vous m'ayez sauvé la vie! Dîtes moi ce que je peux faire pour vous aider, je ferai tout ce qu'il faut!"

Instinctivement je lui avais pris une de ses mains dans les miennes comme font les mères pour rassurer un enfant qui a peur. je commençais à paniquer mais j'essayais de garder mon calme. j'étais agenouillée près de lui, ma robe remontant presque au niveau des hanches sans que je ne m'en rende compte. J'étais plus occupée par la santé de mon sauveur que par ma robe qui me remontait au-dessus de la mi cuisse. Je m'inquiétais pour son état de santé, à mon sauveur. J'oubliais tout, même sa question concernant la raison de ma présence ici. J'aurais du faire attention, tout cela est de ma faute!


_________________


Je veux devenir adulte et découvrir la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zan

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: La belle et la bête [PV AiVy]   Jeu 7 Fév - 23:36

’Tain, Zan, tu lui dis de causer plus calme à la bourgeoise ou c’est moi qui sort et elle m’aimera pas! Nous ne sommes pas assez vieux pour qu’on nous vouvoie!

Passons… Je ne peux pas vraiment m’énerver vue la scène qui se déroule en ce moment. La miraculé, agenouillé a côté de son sauveur mortellement touché
Je t’emmerde! lui serrant une main dans les siennes dans une veine tentative d’apaiser ses souffrance et de le réconforter. A moins qu’elle n’essaie de se réconforter elle-même? Vue la panique dans ses yeux, ce n’est pas hors de question, ce serait même plutôt plausible.

Elle parle à notre balafré national dans un dialecte étrange. Est-ce du japonais? De l’allemand? Du japonais avec un accent allemand? Ou encore de l’allemand avec un accent japonais? Toujours est-il qu’il est difficile de déchiffrer ce qu’elle dit et que Zan y arrive seulement parce qu’il est passionné par les langues. Polyglotte à son âge, il a la chance de connaitre l’allemand, ce qui pourra faciliter la discussion.


"Blessé? Ah oui, j’ai un peu mal au pied. L’enfoiré doit m’avoir bousillé la cheville. Bah pas grave, vais survivre. Attend… il m’a bousillé la cheville… MERDE! MON AT! Alors là, je le retrouve je le bute! On touche pas aux ailes d’un rider! Pas comme si elles m’avaient couté cher, j’les ai volé… Mais c’est une question de principe! "

Les yeux du jeune homme passent lentement du bleu clair au violet de plus en plus foncé. La rage la plus pure se ressent autour de lui, ainsi qu’une soif de sang assez intense. Mais l’une comme l’autre disparaisse rapidement quand il se redresse, s’assoie et plonge son regard redevenu bleu dans celui de la demoiselle. Il la détail un moment avec curiosité, accordant une grande importance à chaque centimètre de son visage avant de lui sourire a nouveau.

"Hep, j’suis pas si vieux que ça quand même. Tu peux me vouvoyer! AiVy hein? Pas commun comme surnom. Mais c’est pas important. Oublie le patin, je connais quelqu’un qui pourra probablement le réparer, sinon je me trouverai un tuneur ou une tuneuse plus approprié. Mais c’est que t’es mignonne! T’aime les ramens? Si t’as pas encore mangé, j’t’invite, j’ai la dalle! "

… Zan, sérieusement, quand tu voudras avoir un minimum de normalité, tu me feras signe. Je t’apprendrai à parler aux gens pour ne pas passer pour le roi des idiots ou des illuminés. Inviter quelqu’un comme ça à manger sans vraiment la connaitre et après t’être fait frappé pas une voiture… J’en vient a me faire sincèrement du soucis pour toi!

Néanmoins, le blessé se lever comme si de rien n’était et tend la main à son invitée pour l’aider à le suivre. La douleur dans la cheville est toujours présente, mais il n’en montre rien. A peine a-t-il l’air plus fatigué qu’avant de se lever. Par contre, une ombre déplaisante passe dans son regard quand il pose le pied gauche au sol et qu’il sent les bris de son aile.


_________________


WhiteLines, je t'adore toujours autant pour le kit!

Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/01/2013

MessageSujet: Re: La belle et la bête [PV AiVy]   Mar 12 Mar - 8:33

Ma main dans la sienne je parlais à mon sauveur sans me rendre compte que je n'étais pas vraiment audible. En effet, dans la panique j'avais commencé à parler dans un dialecte mi-japonais mi allemand où les deux accents se mélangeaient d'une manière étrange et bizarre. Mais c'est comme tout dans la panique, on ne se s'entend, on ne se voit pas. Tous nos sens sont focalisés sur une seule chose. Et pour moi, c'était sur la souffrance plausible de mon sauveur. En effet, j'avais toujours fait preuve d'empathie pour les gens et je ne supportais pas la souffrance des autres. J'avais l'impression de la ressentir comme si elle était mienne alors qu'il n'en était rien. C'était d'autant plus vrai que sa blessure était de ma faute. Forcément, tout était décuplé. En plus, je ne savais pas ce que je devais faire dans pareil situation. J'étais nourrie aux séries où quand un personnage se fait mal on appelle une ambulance en urgence. C'est seulement pour cela que j'avais eu le reflex de le proposer à Zan. J'espérais que c'était la bonne chose à faire.

Quand je lui parlais de ma blessure, il répondit presque avec un ton désabusé que le chauffard devait lui avoir bousillé la cheville. Je me serais attendue à un peu plus de réaction de sa part étant donné qu'il avait peut-être la cheville complètement fracturée. Je me demandais alors comment on pouvait passer outre une douleur qui devait normalement être très intense. Je m'étais une fois dans ma vie foulée la cheville au ski en Suisse avec mes parents et j'en gardais un très mauvais souvenir. Alors si peu de réaction était très étonnant pour moi. La peur fit place pendant quelques secondes à la stupeur. Cette stupeur fut renforcée par le fait que ses rollers qu'il avait appelé ses AT étaient des objets volés. On m'avait toujours appris que le vol était une très mauvaise chose. Je n'y avais de plus jamais pensé aux vues de la situation financière de ma famille. J'étais évidemment choquée mais je ne m'attardais pas sur la pensée qu'il puisse être un voleur et une mauvaise personne. Les mauvaises personnes ne sauvent pas des inconnus au péril de leur propre vie. Je fis donc abstraction de ce sujet.

Il me regarda en détaillant mon visage. Il avait des yeux d'une bien étrange couleur, presque violet. J'aurais aimé avoir moi-même de pareils yeux même s'il les avaient froids. Zan finit par me sourire et je fus rassurée. Je me demandais cependant si je ne devais pas insister sur le fait qu'il devrait consulter un médecin afin de faire vérifier sa cheville. Il passa très vite au fait que je pouvais le vouvoyer aussi je n'eus pas le temps d'insister de suite sur la nécessité d'aller consulter un médecin. Zan releva le fait que mon surnom n'était pas commun ce que je savais pertinemment mais je l'affectionnais beaucoup, justement pour son originalité. Il me dit même que j'étais mignonne et m'invita à aller manger des ramens avec lui. Comment pouvait-il ne pas être choqué alors qu'il avait failli mourir ? Je le regardais avec des yeux rond emplis d'étonnement qu'il pense à cela plutôt qu'à sa cheville. Mais je me devais d'accepter à sa demande, il m'avait sauvé.


-Vous... Tu es sûr que tu ne veux pas appeler un médecin auparavant ? Je veux dire, ce serait idiot de ne plus pouvoir faire de roller à cause d'une cheville cassée.

Zan se leva cependant et il n'avait même pas l'air de sentir de douleur alors qu'il posait par terre le pied qui avait reçu le choc. Il me tendit la main pour m'aider à me relever. Je la pris alors et c'est à ce moment que je me rendis compte de la tenue indécente dans laquelle j'étais. Je me relevais et je remis en place ma robe. Pour qui allais-je passer si je me montrais aussi indécente auprès de mon sauveur. Mon sauveur... Dans ma tête, je l'appellerais toujours comme ça je crois. J'époussetais ma robe et essayais de remettre de l'ordre dans mes cheveux puis je le regardais;

-Je veux bien vous, enfin, t'accompagner pour aller manger. J'ai moi-même faim mais je tiens absolument à ce que ce soit moi qui invite. Je te dois au moins cela et ce serait vraiment un honneur. Par contre, je viens tout juste d'arriver au Japon alors je ne connais pas encore de restaurant. Tu me guides ?

Je n'avais pas lâché sa main et je me dis que si mes parents m'avaient vu j'aurais eu le droit à une discussion sur la dangerosité des étrangers. Mais peu importait.

_________________


Je veux devenir adulte et découvrir la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La belle et la bête [PV AiVy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La belle et la bête [PV AiVy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une belle photo ? une bonne photo ? LA photo ?...
» Albert Cohen : Belle du Seigneur, Le livre de ma mère, etc.
» La plus belle scène de Manga ( tous mangas confondus )
» La belle andalouse
» post fumage, netoyer sa belle?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Air Gear Evolution ::  Tokyo :: Otemachi :: Immeuble abandonné-
Sauter vers: